Les Créateurs de Futurs

Les Créateurs de Futurs

L'innovation sociale c'est quoi au juste ?

Morphogénèse un dispositif visant ......... l'émergence et le soutien de l'innovation sociale, dispositif qui s'inscrit lui même dans une démarche d'innovation ....Morphogénèse répond à un besoin réel ... mesurable (et depuis 10 ans) ....

 

L'innovation est le résultat de l'action d'innover. C'est un changement dans le processus de pensée visant à exécuter une action nouvelle. Elle se distingue d'une invention ou d'une découverte dans la mesure où elle s'inscrit dans une perspective applicative.

Le manuel d'Oslo de l'Organisation de Coopération et de Développement Economique (OCDE) propose les définitions suivantes:

« On entend par innovation technologique de produit la mise au point/commercialisation d’un produit plus performant dans le but de fournir au consommateur des services objectivement nouveaux ou améliorés.

Par innovation technologique de procédé, on entend la mise au point/adoption de méthodes de production ou de distribution nouvelles ou notablement améliorées. Elle peut faire intervenir des changements affectant – séparément ou simultanément – les matériels, les ressources humaines ou les méthodes de travail » Ces définitions sont extensibles aux activités de services et à l'organisation et au marketing dans les formes récentes d'innovation.

Innover, c'est par exemple être plus efficient, et/ou créer de nouveaux produits ou service, ou de nouveaux moyens d'y accéder.

L'innovation possède plusieurs sens. Pour certains il s'agit d'une démarche, pour d'autres d'un processus et enfin pour les derniers d'un résultat.

Pour autant l'innovation est trop souvent rattachée à l'unique domaine technologique, limitant ainsi notre potentiel de développement notamment dans le domaine des innovations sociétales, organisationnelles, etc.

Arnaud Groff propose une définition directement issue des racines du mot "innovare" :

« L’innovation est la capacité à créer de la valeur en apportant quelque chose de nouveau dans le domaine considéré tout en s’assurant que l’appropriation de cette nouveauté se fasse de manière optimale. » On détermine ainsi ce qu'il appelle les 3 piliers de l'innovation et on s'ouvre ainsi beaucoup plus de champ d'innovation:

  • la créativité (génération de nouveautés)
  • la valeur (d'estime, d'usage et d'échange)
  • la socialisation (maîtrise de la conduite du changement)

La principale caractéristique de Morphogénèse est de partir des besoins, déjà intégrés dans une phase de socialisation mais en rupture avec la façon de faire classique.

Ce dispositif à une valeur d'usage et d'échange.

Elle s'auto construit avec et par les participants eux mêmes grâce à leur créativité (Et Quelle Richesse)

 

L'innovation se distingue de la recherche

 

Selon le dictionnaire de l'Académie Française, le terme date du XIIIe siècle, et est emprunté au bas latin "innovatio", qui signifie renouvellement. L'innovateur est donc "celui qui renouvelle".

 

Aujourd'hui, et sous l'influence de l'appropriation du terme par la pensée économique, le terme innovation est plus généralement utilisé et compris sous une forme restrictive.

 

Joseph Schumpeter explique dans Le cycle des affaires, publié en 1939, les cycles économiques par l'innovation et en particulier par les « grappes d'innovation ». Selon Schumpeter, le progrès technique est au cœur de l'économie et elles apparaissent en grappes ou essaims : après une innovation majeure, souvent une innovation de rupture due à un progrès technique, voire scientifique (par exemple : la vapeur, les circuits intégrés, l'informatique, l'internet, les nanotechnologies, ... ) d'autres innovations sont portées par ces découvertes.

On constate alors des cycles industriels où après une innovation majeure, l'économie entre dans une phase de croissance (créatrice d'emplois), suivie d'une phase de dépression, où les innovations chassent les entreprises 'dépassées' et provoquent une destruction d'emplois.

 

Dans certains cas (comme l'innovation organisationnelle) elle est toujours créatrice d'emploi voire d'activités, de créations d'entreprises (sur un autre projet mené avec un confrère, l'innovation se situe dans la création de valeur par une économie de réseau (filière élargie)

 

Innovation sociale ou inclusive

 

Cette forme d'innovation se définit par sa finalité qui vise son inclusion dans un environnement entrepreneurial, social, écologique, économique et humain. Qu'elle soit de nature technologique, organisationnelle, de produit ou de marché elle est pensée collectivement en fonction de son impact sur son environnement. Au-delà de l'avantage concurrentiel qu'elle est susceptible d'apporter, l'innovation sociale et inclusive doit amener un bénéfice mesurable pour une collectivité. Une des difficultés majeures est de s'assurer de l'impact potentiel d'une innovation sur un terme assez long compte tenu du processus d'obsolescence accélérée constatée aujourd'hui dans le domaine de l'innovation.

 

L'innovation sociale est inclusive et créatrice de mieux être, elle est souvent le fruit d'un travail collectif où le moteur n'est pas uniquement, contrairement à l'innovation destructrice, la brevetabilité, donc la plus-value, mais la partageabilité et la libre transférabilité.


Pour le Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES), l'innovation sociale peut être appréhendée telle: « une intervention initiée par des acteurs sociaux, pour répondre à une aspiration, subvenir à un besoin, apporter une solution ou profiter d'une opportunité d'action afin de modifier des relations sociales, de transformer un cadre d'action ou de proposer de nouvelles orientations culturelles »

 

L'innovation sociale ne saurait être le fait d'une autorité, elle est fondamentalement anti-autoritaire puisqu'elle implique un processus de discussion, de transformation et d'adaptation nécessaire à son adoption.

Les organisations issues du processus d'innovation seront idéalement flexibles, non-hiérarchiques et non-bureaucratiques évitant de tomber dans les pièges de ce contre quoi elles s'érigent.

Tout ce construit chemin faisant .... Ceci étant il y a des indicateurs .... Le dispositif de "Morphogénèse" est lui même en construction étant dans une démarche de "recherche action intégrale" et d'approche systémique...

 

Est-ce pour cela que l'on se heurte à tant d' incompréhension ?la pensée systémique face à la pensée linéaire .. la créativité face au profit immédiat ... (encore une vue de l'esprit car l'innovation peut très bien se développer dans le court, moyen et long terme et être "rentable dès le début)

 

Si l'on lit les différents niveaux de l'innovation :


Morphogénèse se situe aux niveaux :

 

Niveau 1 : Le dispositif

Le produit nouveau. C'est le résultat de toute la démarche de conception. Ce que l'on appelle l'artefact. On a vu précédemment qu'il s'agissait d'un produit, [d'un service], d'un procédé... on utilisera de manière générale le mot Produit. En innovation le produit se transforme au fur et à mesure de sa conception. On parle d'une chaîne d'Objets Intermédiaires de Conception. Ainsi on peut passer d'une idée, à un dessin, un plan, un prototype... Weil et al. propose aussi de considérer qu'un produit (service) innovant se présente alternativement sous la forme d'un concept (ce que l'on peut décrire mais pas démontrer logiquement) et d'une connaissance (ce que l'on peut démontrer). "Une voiture volante" est un concept. "La consommation d'une voiture hybride" est une connaissance.

 

Niveau 2 Le projet innovant 

C'est le processus qui pilote la transformation de l'objet (niveau un).  Il commence par une impulsion (idée,  demande d'un client, d'un acteur de territoire...) et se termine par le lancement de la nouvelle activité.

Le projet se caractérise par des phases (tâches unitaires à assumer: créativité, étude de marché, essais...), des méthodologies (analyse fonctionnelle, brainstorming...) et des outils (QFD...). Deux particularités parmi d'autres de ce processus d'innovation: il n'existe pas de processus type (il faut adapter la nature et l'ordre des tâches à chaque projet) et l'incertitude (on ne sait pas en début de projet quel sera le résultat final qui peut être à rectifier tout autant que stupéfiant).

 

Niveau 3 - Le processus cognitif.

Innover c'est penser différemment, raisonner de manière originale et/ou avoir une image mentale nouvelle d'un objet. Ce processus est naturel pour certains (proche de l'art, je confirme !) ........ et c'est notre cas (initiateurs et participants!)

 

Niveau 4 - Le processus global comme générateur de pré-projets innovants (Morphogénèse agissant dans l'émergence de l'ESS sur les territoires)

Il existe des entreprises plus innovantes que d'autres. Elles mettent en œuvre un processus, des pratiques qui visent à d'une part générer en continue des pré-projets innovants et d'autre part à acquérir des connaissances en pilotage de l'innovation (raison de l'implication de la recherche !) et à co-construire de nouvelles connaissances (voir Les "savoirs émergents" de Claire Herbert Sufrin, il amène à ouvrir le processus à des partenaires (open innovation).

 

Niveau 5 - Le système d'innovation territorial'.

Il s'agit des dispositifs mis en place par les institutions pour stimuler l'innovation sur un territoire. : Ce qui est le second objectif de Morphogénèse avec les acteurs territoriaux (locaux et inter-territoires).

 

Conséquences (attendues) :

  • une répercussion sur l'économie
  • la visibilité du besoin (à l'inverse du système de consommation ou l'on crée de nouvelles envies, Morphogénèse, en tant que dispositif répond à des besoins non formulés jusqu''à ce jour - interne (dispositif" et externe (les pre-projets) 

Le cœur de l'innovation repose sur la R&D  (base de  Morphogénèse), qui n'est pas toujours immédiatement rentable, par contre à terme, peut être d'une très forte rentabilité indirecte. ceci  peut justifier un soutien public et si nous ne l'avons pas (?), sachant que  l'innovation d'un territoire influence son niveau de vie et sa place sur la portée musicale des Villes ou des lieux de vies Attractifs.

Au regard de la conjoncture, il est très tentant de réaliser des économies sur ce processus de l'innovation, toutefois il est tout aussi évidant que cette même "innovation" permettra de traverser les moments difficiles même avec l'incertitude qui s'installe de plus en plus...

 

Comme le dit Michel SERRES, c'est à nous d'aider les "jeunes" à inventer la nouvelle société à venir ..

 

Modèle "bouclé"

Dans un article de 1986, Kline et Rosenberg définissent le "chain linked model" ou modèle bouclé. Morphogénèse est en interaction avec son environnement, l'innovation est conçue comme un processus interactif, sa diffusion n'est pas unilatérale.

 

La sérenpidité :

Elle peut peut être défini comme les rencontres heureuses dues au hasard. "Morphogénèse" provoque ces rencontres heureuses.

[Le terme est souvent utilisé dans le domaine de l'information où il désigne la capacité à utiliser des informations trouvées par hasard et de les utiliser pour d’autres usages que l'objet pour lequel ces recherches ont été initialement engagées]

 

La sérendipité est donc un ingrédient essentiel des processus d'innovation dans le sens où l'innovation vient souvent des rencontres imprévues entre différents acteurs, ce qui est particulièrement le cas dans le numérique. Créer les conditions de la sérendipité, par exemple en mettant en place des lieux de rencontre entre acteurs qui ne se côtoient généralement pas dans le quotidien, peut être un facilitateur d'innovation.

C'est exactement ce que crée "Morphogénèse" tout en oeuvrant vers  l'innovation,au travers des 5 niveaux, utilisant le process cognitif et global ..

 

Ceci est pensé depuis plusieurs années, expérimenter, améliorer ... pour devenir ce que Morphogénèse propose ... que ce soit pour des personnes (individuelles), des entreprises, des territoires, ... mais l'innovation va encore plus loin ! Morphogénèse est né de la rencontre "hasardeuse" de personnes ayant une vision commune et partagée d'un monde plus équitable, et des personnalités/origines qui pourraient relever de la "biodiversité" ou de la "pluridiciplinarité" pour vivre cette "différence" qui nous réunit dans la coopération, le partage et l'échange..(ça s'appelle aussi la complémentarité ou encore l'intelligence collective qui m'est chère)

 

Ce qu'il reste à inventer ou à OSER :

Les marchés de capitaux sont frileux face à l’investissement à risque, dont dépend pourtant la moitié environ de la croissance économique dans les pays développés. Comment sortir de cette impasse ? y compris pour de petits investissements ? L'innovation étant nouvelle par nature... il est difficile de faire des "prévisionnels" ... et pourtant ! Nous sommes la preuve par 100, puisque sans moyen de communication, l'information est tout de même passée !

 

Les inventions internes à l'entreprise, non utilisées à des fins commerciales par celle-ci, gagnent à être sorties de l'entreprise par des licences, des co-entreprises ou des sociétés dérivées, ce qui nous amène à l'extraprenariat, encore une autre voie possible.

 

Le partage des connaissances et le décloisonnement des secteurs et disciplines est devenu une question de survie .. mais rien ne le permet encore, sauf dans des cas de dispositifs "descendants qui d'ailleurs ne fonctionnent pas toujours très bien et surtout "bride" la créativité ... l'innovation ascendante est toujours marginale et très peu soutenue.

 

Il y a encore beaucoup de chemin à faire pour bousculer les représentations mentales et les habitudes contre productives ! 

 

Morphogénèse est un dispositif par excellence que vous pouvez soutenir dans le cadre de la norme 26000 ...

 

 

Au plaisir

Véronique



13/09/2011
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 37 autres membres